Le temps des fritillaires

Comme un rituel, chaque année, je vais voir les fritillaires ! C’est grâce au photographe toulousain Sébastien Blomme, dont vous pouvez retrouver le travail ici, que j’ai découvert cette plante. Et surtout, c’est grâce à lui que je ne rate pas la floraison ! En ce moment, c’est Le temps des fritillaires !

Partir tôt le matin pour voir les fritillaires

Pour profiter d’une lumière idéale, nous pistons la météo et la promesse d’un jour joli mais pas trop gelé. 

L’an passé, je n’étais pas équipée correctement, et pour ces plantes qui poussent en milieu humide, je n’avais pas prévu de vêtements assez résistants à l’humidité.

Cette fois, j’avais pris mes habits spécialement achetés pour l’Islande, j’étais donc bien au chaud et bien étanche. J’avais mis toutes les chances de mon coté et j’étais arrivée bien avant le lever du soleil pour être sure!

Sauf que…

Quand le soleil s’est levé, la lumière était parfaite, très douce et diffuse comme on en rêve. Pourtant, impossible de faire la mise au point, je n’avais que de gros bokehs qui se formaient. Un peu comme ça.

Et j’ai mis 3 minutes à comprendre qu’il y avait des gouttes d’eau sur mon objectif. Autant dire que je ne risquais pas de faire un joli cliché.

Une fois nettoyé, mon objectif répondait mieux. Mais le soleil était presque déjà trop haut. Finalement, je n’ai réussi que quelques images, à ma grande déception.

Les jours qui ont suivi, la météo n’était pas favorable, et je n’ai pas eu le temps d’y retourner. J’espère que le contexte géopolitique me permettra d’y retourner l’an prochain, le temps des fritillaires est finalement assez court!

21 Comments

  1. Magnifiques ces photos des fritillaires aux belles couleurs, dans ces près couverts de rosée matinale.Belle transparence aussi qui souligne une certaine fragilité !
    Bonne journée.

  2. Coucou. Malgré tout, tu as réussi de belles photos. Mais c’est vrai que quand on est un peu pris par le temps, que l’objectif est sale, qu’on n’a pas les bons réglages, que le soleil va trop vite, que la fleur pousse trop vite… et bien, ce n’est pas facile. 🙂 Bises alpines.

  3. Eh ben ! Pour des photos ratées… elles sont plutôt réussies pour moi… si tu n’avais rien dit, on aurait pensé à des reflets ! J’adore ces fleurs qui pour moi, ressemblent un peu à des jupes écossaises ! C’est tout simplement incroyable tous ces quadrillages ! La Nature est aussi une grande dessinatrice !
    Bonne fin de journée
    Gilbert d’Ahuy

  4. Certaines photos sont quand même magnifiques ! C’est pas souvent que tu nous montres des photos de fleurs !
    Je n’ai jamais vu de fritillaires sauvages.
    Bonne fin de semaine.

  5. Qu’importe la qualité des photos (pour toi), je trouve que les « ratages » n’en sont pas et que ces fleurs se retrouvent entourées de mystère 🙂 Je n’en ai jamais vu en vrai, il faut dire aussi qu’en Provence on peut chercher à la loupe de l’humidité surtout cette année où tout est très sec et où nous attendons toujours quelques gouttes de pluie…en vain !

  6. Bonjour
    des très belles photos,des fleurs qu’on ne vois pas en Savoie ,c’est bien dommage
    bonne journée bisous

  7. Les joies de l’imprévu…tes photos sont superbes malgré les inconvénients, qui fidèles à la loi de murphy viennent systématiquement ponctuer toute sortie photo 🙂

  8. These are gorgeous images! The light is just beautiful and the flowers are so beautiful! I looked at the website of Sébastien Blomme. HIs photography is amazing! I can see why every year you go to see the fritillaries!

  9. Bonjour Anne, tes photos sont belles! c’est très beau… une fleur que j’aime beaucoup aussi ! merci.

N'hésitez pas à me laisser un commentaire ci-dessous, je les lis tous avec plaisir! Merci!

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :