La cérémonie chinoise du thé – Guilin

La cérémonie chinoise du thé – Guilin

Nous avons quitté Xi’an pour rejoindre le Sud, dans une région considérée par les chinois comme le plus bel endroit du monde (rien que ça). En plein été, le climat est très lourd, 35 à 38 °C, humidité maximale. Franchement, il vaut sans doute mieux éviter cette saison-là, parce que nous avons été limités dans nos déplacements tant c’était difficile à supporter.

Guilin

Guilin signifie « la forêt d’osmanthes » à cause des très nombreux arbres de cette espèce qui fleurissent au printemps. Les avis sont très partagés sur cette ville. Nous étions un peu loin du centre et en avons surtout vu un coin sale et sans grand intérêt. La ville est toutefois, comme les autres, assez animée, avec des vendeurs ambulants, des vélos, des fruits et légumes… Nous avons même dîné d’une fondue chinoise à la chèvre dans un restaurant qui ne servait que ça, nous l’avons compris une fois installés.

La région est karstique. On trouve donc plein de collines de type « pain de sucre » façonnées par l’érosion. Par un matin chaud et humide, nous avons fait l’ascension des 325 marches de la Colline de Fubo. Au sommet s’offre à nous une magnifique vue à 360° sur la rivière, la ville et les collines. On aperçoit en bas un « champ » de lotus, plante très consommée en Chine pour ses racines et pour ses fruits et graines. Le pied de la colline est découpé par une grotte, dite Grotte de la Perle Restituée, dont les parois ont été sculptées de 239 reliefs votifs bouddhiques.

Voici un diaporama de Guilin. Vous pouvez faire défiler les images en cliquant sur les flèches.

 

La grotte des Flûtes de Roseau.

L’entrée de la grotte était masquée par des roseaux quand on l’a découverte, c’est ce qui lui a donné son nom. Elle est gigantesque, composée de plusieurs couloirs et salles, dont la plus grande fait 200 m de long. Les stalactites et stalagmites font tous plusieurs mètres de haut, parfois 10 ou 15. Les chinois voient dans leurs formes variées toute une fantasmagorie (lions et dragons, légumes…) qu’ils ont « mise en valeur » par des éclairages colorés

C’est assez étonnant à nos yeux d’occidentaux. Disons-le franchement, ce paradis de la LED multicolore est assez kitch. Plus d’un millier de personnes peuvent y entrer simultanément, l’endroit a d’ailleurs servi d’abri antiaérien lors des guerres sino-japonaises. Cela signifie aussi qu’il y a beaucoup de touristes en même temps. Imaginez des hordes de touristes se baladant avec des guides à micro dans une telle caisse de résonnance…

Voici un diaporama de la Grotte des Flûtes de Roseau. Vous pouvez faire défiler les images en cliquant sur les flèches.

Guilin15
Guilingrotte

La cérémonie du thé

Nous avons visité une plantation dans un conservatoire du thé, l’occasion de voir comment le thé vert est préparé et surtout, comment déguster les différents thés.
Les feuilles de thé sont ramassées à la main (nous l’avions déjà vu au Sri Lanka), puis placées dans des paniers en bambous. Elles sont ensuite séchées et agitées sur une cuve chauffée, pendant 15 minutes, puis roulées manuellement avant de retourner sur bambous. On fait ainsi du thé vert. Le thé Oolong, lui, sèche au soleil après récolte, puis fermente dans des cuves en bambous rotatives. Il est ensuite, lui aussi, roulé manuellement avant de sécher.
La préparation requiert plusieurs étapes, et la théière dépend du type de thé. Après avoir rincé la théière avec un peu d’eau chaude, on met le thé, et on verse l’eau chaude, qu’on vide immédiatement dans le bateau à thé (il s’agit d’un plateau de bois avec un réservoir dans un tiroir). Ainsi, on réchauffe la

théière et on élimine la théine. On verse ensuite de l’eau en débordant pour chasser l’écume, on attend un tout petit peu, et on sert. On hume les parfums avant de goûter. La dégustation ne se fait pas n’importe comment. Avant tout, on utilise de toutes petites tasses à dégustation, pas des grands mugs… et on ne boit pas tout d’une seule gorgée, sous peine d’être traité de bœuf. Ni en 2 fois, sinon, on est un âne. Non, il faut au minimum 3 gorgées pour savourer le contenu de ces mini-tasses. Un homme tiendra sa tasse avec 3 doigts et les autres repliés, tandis qu’une femme mettra ses doigts en éventail (petit doigt vers l’extérieur).
Voilà, vous pouvez maintenant apprécier les différents parfums. A vous de choisir entre thé vert, oolong, noir, blanc ou compressé.
Notez au passage que dans tous les hôtels où nous avons séjourné, nous n’avons eu que du Lipton Yellow, le pire, c’est-à-dire la poudre de thé noir dont on ne peut rien faire d’autre que des sachets…

Voici un diaporama que vous pouvez faire défiler les images en cliquant sur les flèches.

Guilin7
Guilin10
Guilin11
Guilin-the

 

5 Comments

  1. Grande amatrice de the, j’aurais particulièrement apprécié la visite et l’initiation au the. Le lipton jaune est absolument infâme, c’est quand même incroyable que l’on je serve que ça dans les hôtels! Je viens de faire une véritable immersion en Chine grace a toi. Tu fais du très beau boulot sur ce blog, bravo 🙂

    • Nous avions déjà découvert la culture et la préparation du thé noir au Sri Lanka, mais il n’y avait pas tant de cérémonial. Je crois qu’au Japon, c’est encore plus codifié.
      Oui, nous étions surpris de n’avoir jamais le choix, toujours des théières et le petit sachet avec son étiquette jaune, pas terrible…On nous avait montré au Sri Lanka qu’il est fait avec la poudre “dust”, ce qui reste quand on a trié toutes les bonnes feuilles…c’est normal que ce ne soit pas bon!
      Merci pour ces compliments, je suis touchée, Christine.

  2. Au Maroc il y a aussi tout un cérémonial, mais je pense que c’est différent de la Chine ! Tes photos de la grotte sont superbes !
    Très belle soirée, bisous !
    Cathy

N'hésitez pas à me laisser un commentaire ci-dessous, je les lis tous avec plaisir! Merci!

%d bloggers like this: