Le jour où j’ai mangé des insectes…

Le jour où j’ai mangé des insectes…

Parlons un peu repas. Oui, c’est important pour moi 🙂 , je parle beaucoup “restaurants”… Difficile d’aller en Chine sans tester un certain nombre de mets. Voici ceux que nous avons dégustés à Pékin.

Le canard laqué.

Notre première expérience culinaire à Pékin a été le canard laqué, spécialité de la ville.

On nous avait conseillé Dadong, situé 1-2 Nanxincang Guoji Dasha, 22A Dongsishitiao, Dongcheng district.

C’est un restaurant plutôt chic avec de grandes tables propres, un sol propre, des serveuses attentionnées (et à la tenue traditionnelle mais sexy- jupe longue et droite, mais fendue très haut sur la cuisse …) et des cuisiniers avec des masques anti-microbes. L’intérieur est design, décor noir, néons fluos violets. La carte est géante avec des images, et on choisit tant bien que mal, n’ayant aucune idée des proportions. Il faut savoir qu’en Chine, on ne sert pas à l’assiette, ni pour une personne, mais tout se partage, les proportions sont souvent suffisantes pour plusieurs. On commande bien sûr un canard laqué. On nous explique qu’il faudra attendre 50 minutes. C’est un peu long, mais soit! on est venus pour goûter, on peut bien attendre ! Toute la préparation ou presque se fait devant nous. Le canard est placé sur une tige métallique et cuit dans un four alimenté au feu de bois. A sa sortie du four, il est vidé chirurgicalement de l’excès de sauce qui sert à

le laquer puis on vous l’apporte.

Placé en bout de table, un serveur découpe le canard devant vous avec un grand couteau et une dextérité aussi incroyable que sa vélocité. Il réalise ainsi un grand nombre de petites bouchées, et reconstitue joliment les parts dans plusieurs assiettes. Une dizaine de sauces et condiments accompagnent le plat. Une serveuse nous montre comment faire, en commençant par tremper un morceau de canard dans une sauce sucrée ou avec un petit pain plat qu’on farcit de condiments et de canard. Mmmmm ! C’est délicieux. Nous avons pris quelques légumes avec, ils sont juste saisis, mais c’est ainsi qu’on les prépare ici. Au dessert, on nous a apporté une flûte de glace verte (parfum ???)  et des litchis dans une assiette fumante d’azote liquide. Assez impressionnant visuellement, et très bon.

Le seul défaut de l’endroit est son prix, excessivement élevé (tout est toujours relatif), environ 10 fois plus cher que tout ce que nous avons testé par la suite. Mais c’est un plat d’exception et le service était particulièrement bon, alors pour une fois… !

Voici quelques images de ce restaurant. Cliquez sur les flèches pour les faire défiler.
Canardlaque3
Canardlaque5
Canardlaque7
Canardlaque8

Les insectes

En rentrant de l’avenue très fréquentée de Wangfujing vers notre hôtel, nous avons aperçu une ruelle dans laquelle l’agitation semblait forte. Oh ! on dirait un marché ! allons-y vite ! (Après enquête, il semble que ce coin soit une reconstitution d’un quartier ancien qui, devant l’affluence touristique résiste aux constructions vers le haut dans cette ville.) Des effluves de soupe et de gras emplissent la rue! Tout le monde est attablé aux terrasses dans la rue. Quelques pas plus loin, on arrive dans une sorte de souk avec des millions de babioles ou « chiniaiseries » où les vendeurs sont prêts à négocier le quart du prix annoncé. On trouve des porte-clés, des chaussures, des lampes… Peu intéressés, nous continuons. Et là…au milieu de tout cela, des dizaines d’étals où l’on prépare directement devant vous des brochettes et des aliments totalement non identifiés ou des brochettes de fruits recouverts de caramel pour les envies de sucre. Nous avions l’espoir de gouter des insectes, est-ce que ça allait être ici ? Bingo ! Quelques échoppes plus loin, des brochettes de criquet nous attendaient ! Nous sortions juste de table, donc pas question de gouter les criquets après le

délicieux canard laqué… mais c’était noté, nous reviendrions ! Nous avons donc testé le lendemain soir. En chemin nous découvrons que les commerces restent ouverts, les devantures éclairées au néon. Les gens discutent et mangent devant leur boutique. Au marché, l’affluence était toujours aussi forte, l’ambiance était à la fumée des plats cuits de tous côtés, au gras de l’huile de friture et aux bousculades pour manger des brochettes dans tous les sens. Du monde, du bruit, la Chine 😉 Nous avons choisi une 1ère échoppe pour goûter le calamar frit, puis une autre pour les insectes: scorpions et grillons en brochette. Mon mari aurait voulu goûter des vers ou des larves, mais j’étais moins tentée… 1ère bouchée de scorpion, ça croustille un peu comme des chips, c’est bon, c’est presque trop peu (mais c’est cher, le scorpion, ça ne doit pas être si facile à capturer). Les grillons sont plus surprenants, la carapace croustille et l’intérieur est moelleux. Bah, ce n’était pas si terrible comme expérience ! Nous étions prêts à recommencer. Sauf qu’on n’en a trouvé nulle part ailleurs lors de notre séjour…

Voici quelques images du marché de jour. Vous pouvez les faire défiler en cliquant sur les flèches:
Atableapekin3
Atableapekin4
Atableapekin10
Atableapekin9
Et voici quelques images du marché de nuit quand nous avons dégusté les insectes.
Atableapekin26
Atableapekin30

Les raviolis et noodles.

Parmi les autres spécialités pékinoises, on trouve des raviolis fait maison, avec diverses farces à la viande ou aux légumes, et cuits dans l’eau (contrairement à Shanghai où on les cuit à la vapeur). On les commande à la pièce (enfin, par lots de 5, ça reste petit). Nous en avons goûtés de délicieux (paraît-il les meilleurs de la ville), mais je suis incapable de dire où c’était (pas très loin du site des JO, dans un resto où nous n’aurions jamais mis les pieds seuls, 3 tables, personne ne parlant anglais…). Et le rapport qualité-prix était imbattable. C’est juste une aventure que de manger avec des baguettes des raviolis glissants en ayant pris soin de les tremper juste 

 

avant dans un mélange de sauce soja et piments !

Comme partout en Chine on mange aussi des soupes de noodles. On nous a conseillé ce restaurant, situé juste à coté du Temple du Ciel, c’était très bon. Les accompagnements sont aussi multiples que les restaurants, regardez les images pour voir. A consommer avec de la bière bien entendu.

Juste à coté, on préparait du mouton 🙂 à la fenêtre . Notez que rien ne se perd…

Cliquez sur les flèches pour faire défiler les images du diaporama (format horizontal).

Atableapekin21
Atableapekin18
Atableapekin35
Atableapekin23

14 Comments

  1. Tout comme toi, j’aime bien manger et tester des spécialités dans les pays que je visite mais les insectes ne me font pas envie. Il y en avait beaucoup en birmanie mais je n’ai pas tenté le coup!

  2. Une expérience culinaire intéressante… Le tout accompagné de photos superbes ! Un beau voyage que tu as fait.
    Bises et belle journée à toi

  3. Nous aussi on y a goûté (au même endroit), c’est pas mauvais, mais c’est quand même bizarre. J’ai mieux aimé les brochettes de fruits frais.
    A bientôt

    • Je n’ai pas testé les brochettes de fruits couverts de caramel, mais les fruits frais, oui!

  4. I am totally fascinated by this theme ……. the presentation of the food is excellent – I love your text to go with it.
    Very colourful, very interesting —
    superb work, Anne.
    Kind regards Monika

  5. je préfère les photographier.mais ils sont très protéinés. quelques larves de fourmis suffisent à un ours pour une journée.l’avenir de la planète est là.bonne journée

  6. Arghhhh…Qui c’est qui bouffe mes modèles !!! ????
    Ca va pas non ???? !!
    🙂 🙂 🙂
    Une bien interessante visite gastronomie-culinaire 🙂 le canard laqué par contre… 🙂

    • Mouahahaha, j’ai mis une seconde à comprendre. Très modèles sont donc délicieux, sache-le!

N'hésitez pas à me laisser un commentaire ci-dessous, je les lis tous avec plaisir! Merci!

%d bloggers like this: