Santorin côté villes: Fira et Oia.

Santorin côté villes: Fira et Oia.

La principale île de Santorin, Thira, comporte 2 villes principales : Oia et Fira. C’est là qu’accostent les bateaux de touristes, donc ce sont les plus connues. Après la visite des plages, suivez-moi pour une visite de Santorin côté villes: Fira et Oia.

Santorin côté villes.

Fira : la capitale de Santorin.

Fira est la capitale de l’île. A 8 km de l’aéroport, elle domine la caldeira. Avec ses 2500 habitants, c’est une grosse bourgade, plutôt calme quand on quitte le centre. Le port est en contrebas, et on remonte à la ville par quelques 600 marches, à pied ou à dos d’âne, ou encore avec le téléphérique.

Une rue principale la traverse sur la longueur. Étroite et piétonnière, on y trouve exclusivement des boutiques de souvenirs, des bijouteries et des restaurants, bars et discothèques. Et pas mal de touristes, même si nous avons eu la chance d’y aller un jour sans bateau ! Une route lui est parallèle, nettement plus passante et moins touristique.

Encore en basse saison, un certain nombre d’enseignes étaient fermées. Nous avions opté pour des falafels, qui, s’ils n’étaient pas typiques, étaient délicieux, chez Falafeland !

Carnet Santorin côté villes 1

Deux musées sont à visiter, j’en reparlerai prochainement : le musée de la Préhistoire et le musée archéologique.

Santorin côté villes. Santorin côté villes.  Santorin côté villes. Santorin côté villes.

Santorin côté villes.
Santorin côté villes.
Santorin côté villes.
Santorin côté villes.
Santorin côté villes.
Santorin côté villes. Santorin côté villes.
Santorin côté villes.
Santorin côté villes.
Santorin côté villes.
Santorin côté villes: Fira et Oia.
Santorin côté villes: Fira et Oia.
Santorin côté villes. Santorin côté villes.Santorin côté villes: Fira et Oia.Santorin côté villes: Fira et Oia.

Oia : la carte postale.

Un très beau décor

C’est la ville qu’on voit sur toutes les cartes postales de Santorin. Le lieu typique, avec ses murs blancs et ses toits bleus. C’est aussi le cas à Fira, mais dans une moindre mesure. Là, tout est blanc éclatant. Les ouvriers enduisent régulièrement les murs de chaux pour entretenir l’éclat des lieux. La ville est tout au nord de l’île. Elle a été en grande partie détruite lors de l’éruption de 1956. Dans les rues touristiques, le sol est lustré. Les boutiques de luxe se succèdent dans la rue principale. Les chapelles sont toutes plus charmantes les unes que les autres.

Un décalage avec la réalité

Si c’est hautement photogénique, j’ai trouvé que ça sonnait très faux, comme un coquille vide. On ne croise que des touristes qui ont pour la plupart les moyens d’aller dans les boutiques de luxe. Les bateaux les déposent au port le matin, ils montent dans la rue en passant aussi par des escaliers, déjeunent avec une vue sur la caldeira, achètent quelques bricoles et repartent. Je pense que je n’ai vu aucun grec à cet endroit. En revanche, j’ai croisé des commerçants venus d’ailleurs, des couples chinois faisant des photos de mariage (et venus avec leur propre photographe). Des interdictions de passer dans tous les sens limitent l’accès aux terrasses des hôtels privés. Dès que l’on sort de la rue principale, on croise quelques habitants, des maisons en mauvais état, et surtout, une pauvreté latente.

Alors, oui, la vue est incroyable, les maisons resplendissantes, la caldeira fantastique, les fleurs et les cactus sublimes, les moulins charmants. Mais franchement, je n’y suis pas restée, le décalage était trop fort. Je réalise en rédigeant l’article que j’ai quand même fait un paquet de photos!

Santorin côté villes. Santorin côté villes. Santorin côté villes. Santorin côté villes. Santorin côté villes. Santorin côté villes. Santorin côté villes. Santorin côté villes. Santorin côté villes. Santorin côté villes. Santorin côté villes.Santorin côté villes.

Santorin côté villes: Fira et Oia.
Santorin côté villes.
Santorin côté villes. Santorin côté villes. Santorin côté villes. Santorin côté villes. Santorin côté villes. Carnet Santorin côté villes
Carnet Santorin côté villes

 

Vous l’aurez compris, même si vous trouverez sans doute les photos jolies, parce que le lieu est beau, ce n’est pas Santorin côté villes qui a eu mon coup de cœur !

Santorin côté villes: Fira et Oia.

49 Comments

  1. De magnifiques photos et supers dessins, comme toujours.
    Un coup de coeur pour tous les bibelots bleus …
    Merci pour ce beau reportage.
    Bon jeudi, après une journée ensoleillée, de nouveau du mauvais temps prévu …
    Bisoux, anne

    • Merci Dom!
      Ah oui, ce verre bleu était du plus bel effet. Je n’avais qu’un bagage cabine, donc je ne pouvais pas en rapporter (et vu le prix, de toute façon…).
      Bisous

  2. Difficile tout de même de ne pas être sous le charme de ce blanc et bleu, de ces courbes et marches…
    A voir l’hiver, enfin peut-être, car il parait que tout ou presque est fermé, que ces îles sont terriblement ventées et froides, et que l’accueil est froid lui aussi ?!
    Alors à voir en photo et en reportages, sans omettre de réfléchir à l’économie du tourisme comme tu nous y invites.
    Merci pour la balade ; bonne journée Anne

    • Nous étions encore hors saison. Beaucoup de boutiques et de restaurants étaient fermés ou en travaux. Il parait que c’est plus vert en décembre, toutefois!

  3. En effet, les photos sont magnifiques et tout est fait pour qu’elles le soient. Dommage qu’avec cette affluence de touristes l’authenticité ne soit plus au rendez-vous…

    • Et encore, j’ai évité les jours de flux massifs pendant lesquels tu ne peux pas avancer entre tous les touristes!

  4. Coucou. C’est vrai que ce bleu du ciel et ce blanc des maisons sont magnifiques mais je comprends quand tu dis que tout cela sonne faux. Je n’aime pas ces lieux qui sont envahis par les touristes et où on ne croise que la pauvreté des locaux. Et pourtant, que serait la Grèce si elle n’avait pas le tourisme… Comme dans bien d’autres endroits de la planète, le contraste est trop fort et il est temps que les gens réfléchissent à une autre forme de tourisme. Mais le chemin est encore long. Néanmoins, tes photos sont très belles en rendent hommage à la beauté des lieux. Bises alpines.

    • Je crains surtout que ce ne soient pas les grecs qui profitent le plus du tourisme… en tout cas, pas là!

  5. Que c’est gai mais en effet, peut-être trop préfabriqué pour que le touriste s’y sente à l’aise… C’est la plaie des voyages les touristes.

  6. Qu’elles sont magnifiques tes photos, tes explications semblent dire qu’elles sont “photoshopées” , quelle tristesse. j’espère au moins que la population a quelques retombées financières !!!
    Merci pour ce joli reportage.
    Belle journée !

  7. Bonjour Anne , oui une île de rêve et merci de nous la faire découvrir ! .
    Ces verres bleus sont vraiment superbes . Bonne semaine , bisous ,

  8. C’est tout de même beau tout cela, même le côté juste touristes! Il paraît qu’à Cuba, c’est pareil : dès que l’on sort du coin touristique, on voit la réalité en face. Bises et bonne journée .

  9. j’ai été charmé par ce bleu et blanc de Île Anne

    l’authenticité n y’est peut être plus …

    mais on vit du tourisme..

    bonne journée

  10. …bonjour Anne….

    les points de vue sont exceptionnels avec tout ce blanc, la mer, les fleurs….et tellement de marches…j’adore le bleu qui vient aussi couper le blanc…ça m’a fait penser un peu à Cadaques près de Barcelone….et aussi à Porto Venere avec ces maisons en montagnes….ces photos me donnent le goût de planifier ce voyage…;)

    bise

    bonne journée

    ly

  11. je comprends ce que tu vx dire
    une amie Lucie a fait le même constat
    elle est allée plusieurs fois dans les Cyclades et Santorin n est pas sa préférée
    les choses étant plus calmes et autenthiques sur de petites îles autres que là

  12. C’est sublime tout ce bleu.
    Merci sincèrement de ce partage.
    Bisous

  13. Tout ce bleu, ce blanc, me font rêver ! Je voudrais quitter la grisaille dans laquelle nous sommes enfermés en ce moment pour rejoindre un tel paradis !
    Merci de nous emmener en voyage…
    Bonne fin de semaine.

  14. Je comprends ce que tu veux dire, au premier abord le blanc, le bleu, le rose des bougainvillées ça fait rêver mais quand on réfléchit bien c’est assez artificiel …
    Belle soirée !
    Cathy

  15. Quand c’est trop parfait, c’est forcément artificiel et je comprends bien ta déception. Mais quel paradis pour les photographes ! Surtout pour y faire des photos minimalistes.

  16. Bonjour Anne,

    J’aime beaucoup cette chaise rouge qui dénote presque au milieu de ce bleu & blanc.
    Certe le lieu est beau et photogénique mais bien désert en authenticité réelle apparemment, comme beaucoup de lieux hyper touristique et c’est bien dommage.

    Philippe.

  17. What an awesome photographic tour with gorgeous picture postcard views!! The contrast between the blue sky and white buildings is so appealing.

  18. This is breathtaking and such great detailed pictures. The white is so white and the blue is so blue. This is fabulous and we like to make a trip like this in maybe 2 years. Thank you for sharing!! Have a great day.

  19. Les paysages sont très jolis mais en dehors de ça, la végétation est à la limite du désertique et ça parait vide en dehors des villes. Les bâtiments d’un blanc immaculé ont fait le tour de la terre, ces petites maisons sont très belles, mais ce n’est pas un endroit qui me botte car un peu trop “Disneyland”, trop clinquant, trop entretenu. Et puis ne pas croiser de grecs, c’est bien dommage. Je suis allée il y a quelques années en Crète. On a trouvé un beau pays, des gens modestes mais très chaleureux, de tous les types de paysages et bâtiments. Même s’ils ont une légère tendance à mettre plus d’argent pour repeindre une église qu’une école … 🙂

    • Oui, mon fils me disait: c’est aussi désertique qu’en Oman. Et c’est vrai, pourtant nous étions en avril!
      Nous avions adoré la Crête aussi. Bien plus authentique, plus verte, plus diverse. Mais plus grande aussi.

  20. Salut Anne, moi j’avais ce lieu extraordinaire.
    Parfit pour les photos, et tu nous le prouve ici.
    Bonne soirée.

  21. quel reportage ce blanc pur des maison et le bleu de la mer ces explications comme sont faites les maisons ces fleurs ces escaliers une merveille très beau travail.
    Amitié

  22. Superbe reportage en images !
    La dernière fois que j’ai visité cette île c’était en juillet 1977 (montée à dos d’âne, descente à pied)…
    Bon dimanche.

  23. Je suis sous le charme de ce bleu et de ce blanc ! Trop envie d’y aller faire un tour ! Merci pour ce magnifique partage et bravo pour tes croquis ! Bises

  24. C’est beau tout ce blanc, je crois que c’est pour se protéger de la chaleur… La première photo avec les fleurs rouges rend très bien. Ce sont en effet des paysages de cartes postales.. Et ça me fait voyager… Alors merci! … les falafels… Miam! 😉

  25. Oui, je te comprends tout à fait et j’ai connu cela en allant, il y a quelques années, aux îles Baléares. Quelle tristesse quand tu rentres dans les terres et découvre vraiment cette île. La pauvreté était partout. Seul le côté de Palma était luxueux, réservé à la foule de touristes qui se ruait sur les plages. Trop peu pour nous. Tes photos sont terriblement belles. Cette blancheur et ce bleu sont d’un tel éclat. Merci pour ta venue. A bientôt. Nell

  26. Moi j’ai bien aimé circulé dans ces ruelles et prendre des photos, descendre jusqu’au port par l’escalier, remonter par le téléphérique mais j’ai détesté dès qu’un gros paquebot de croisière a descendu des milliers de touristes…

N'hésitez pas à me laisser un commentaire ci-dessous, je les lis tous avec plaisir! Merci!

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

%d bloggers like this: